Panasonic DVD XP50

Panasonic DVD XP50
alaScore 69

2 avis

Août 2018

alaTest a collecté et analysé 2 avis de consommateurs et d'experts pour le produit Panasonic DVD XP50. La note moyenne du produit est 4.0 sur 5, tandis que les autres produits de même catégorie ont une note moyenne de 4.1 sur 5.

Après analyse des notes de consommateurs et d'experts, de l'âge du produit ainsi que d'autres facteurs, et comparé aux autres produits de même catégorie, le Panasonic DVD XP50 obtient un alaScore™ de 69/100 = Bien.

Résumé des avis

(Basé sur 2 avis et tests)

Avis d'Experts  

Avertissement:

Voici une liste des avis pour ce produit ou des produits similaires. Si vous pensez que ce groupement est mauvais s'il vous plaît cliquez ici pour le drapeau.
En savoir plus sur la page de notre FAQ.
Affichage de 1 - 2 sur 2 Afficher les Avis: en français | internationaux

Avis d'expert par : David Katzmaier (cnet.com)

Panasonic DVD-XP50 review

 

Shaped like something out of War of the Worlds, Panasonic's latest DVD design will have your techie friends drooling in envy. This ultraslim, chrome-clad slice of the future performs well and offers features not found on earlier decks. True, the...

Stylish; very nice video and DVD-Audio performance; excellent MP3 features; WMA support.

Overly bright display; no aspect-ratio control; poor anamorphic conversion.

This Panasonic is a sleek, high-performance, progressive-scan deck that won't break the bank.

Août 2002

Avis d'expert par : David Katzmaier (cnet.co.uk)

Panasonic DVD-XP50 review

 

Shaped like something out of War of the Worlds, Panasonic's latest DVD design will have your techie friends drooling in envy. This ultraslim, chrome-clad slice of the future performs well and offers features not found on earlier decks. True, the...

Stylish; very nice video and DVD-Audio performance; excellent MP3 features; WMA support.

Overly bright display; no aspect-ratio control; poor anamorphic conversion.

This Panasonic is a sleek, high-performance, progressive-scan deck that won't break the bank.

Août 2002